Une erreur est survenue

Réponse d’Hermann au Sujet 1 de la Session du 20 octobre 2015

imrs-640x359

2h38 UTC – Centre d’analyse européen de radioastronomie, Suisse.

Richard Hamond lâche son gobelet de café sous le coup de la surprise. Il vient de revérifier une dernière fois les données et les résultats ne peuvent être que corrects. Sans prêter attention à l’énorme tâche chaude qui s’étend sur son pantalon en velours côtelé, il propulse son fauteuil à roulettes jusqu’au de bureau de reconstitution graphique. Il applique sur la simulation une série de filtres en fausses couleurs, paramétrés de longue date par un stagiaire motivé, et contemple l’incroyable. Autour de l’étoile de classe G Kepler-134B, une gigantesque structure artificielle découpe en parallélépipèdes rectangles la lumière jaune que l’astre émet. Richard Hamond vient de découvrir des extraterrestres. Au bout de quelques minutes de stupéfaction muette, puis d’agitation hystérique et enfin de prostration, il prend une décision que les historiens des générations futures qualifieront « [d’] impulsive et stupide » : il fait une copie de l’image et l’envoie à une douzaine de ses collègues astronomes par internet, sans protection.

4h14 UTC – Cybercafé, quelque-part en Chine orientale.

Wang Yu, hacker passé à la postérité sur le pseudonyme 1K1llµ0u, navigue sur l’internet caché. Son anonymat est complet, constitué de multiples protections en échelon de type VPN et de leurres zombies. Il découvre l’image par hasard, alors qu’il tentait de pirater les réseaux de l’ESA, l’agence spatiale européenne. Il pense à un canular et hésite à l’envoyer à plusieurs de ses contacts hackers, et notamment un spécialiste de la retouche photographique. Après quelques parties de Counter Strike Global Offensive et un ragequit tapageur, le fichier, encrypté à 1024 bits, traverse 15000 kilomètres de câbles sous-marins en fibre optique à la vitesse de l’éclair numérique et atteint la France.

6h08 UTC – Appartement parisien, rue Château d’eau.

Noël Didier, gérant de sites de streaming illégaux, insomniaque et graphiste à ses heures, reçoit l’image de Kepler-134B. Lui aussi croit à un canular et se réchauffe une part de pizza au micro-onde avant de se mettre au travail. Il ne détecte aucune retouche réalisée par des moyens conventionnels sur le fichier et décide de sortir l’artillerie lourde. Après 52 minutes et 37 secondes d’analyses séquentielles et heuristiques, effectuées par des super-serveurs situés à Singapour et empruntés à la banque HSBC, deux possibilités s’imposent alors : soit un faussaire extrêmement doué met ses compétences à l’épreuve, soit il s’agit de « la plus incroyable de putain de découverte de tous les temps ».

10h01 UTC – Banlieue de Los Angeles

Lisa Redridge, journaliste pigiste au LA Chronicle, découvre l’image sur un site internet dit de « savoir alternatif », Uforum.org, spécialisé dans l’analyse des constructions antiques et la préparation au retour des Grands Anciens. Elle effectue des recherches supplémentaires sur internet et découvre que l’image provient de l’ESA. Elle rédige rapidement un article et l’envoie à son employeur. Sa chronique est publiée dans les minutes qui suivent sur le site internet du quotidien sous la catégorie « Science et Avenir », accompagné de la photographie en fausses couleurs, sous le titre « Kepler-134B abrite-t-elle une civilisation extraterrestre ? ».

13h32 UTC – Monde

L’image de Kepler-134B est largement diffusée sur les canaux mainstream. Les chaînes d’information en continu commentent la nouvelle avec une ironie à peine dissimulée. On parle de rêveries geek et de délires conspirationnistes. Les hashtags Kepler134B et Welcome134B sont créés sur Twitter et connaissent une popularité fulgurante. Une proportion jamais vue de pages Facebook affiche l’image de la construction mystérieuse et l’enthousiasme grandit. Le gourou de secte millénariste Raël twitte « Je vous l’avait bien dit ! » et des centaines de suicides sont constatés en France dans les heures qui suivent, sans lien apparent. Quelque-part sur une route suisse, alors que Richard Hamond se demande si les extraterrestres ressemblent à Jar Jar Binks, un Hummer noir équipé d’un pare-buffle percute sa Fiat 500 gris anthracite, qui dévale 150 mètres de ravin avant d’arrêter sa course contre un sapin. Personne ne l’a jamais revu.

16h54 UTC – Monde

L’enthousiasme sur les réseaux sociaux se mêle d’inquiétude lorsque Stephen Hawking twitte « We are #doomed. ». Les principaux canaux d’information se montrent plus prudents qu’au début de l’affaire lorsque des sources officieuses parmi les cadres de l’administration américaine parlent de panique au NORAD, à la NASA et au Pentagone. La flotte Yankee dans le pacifique entame une série de manœuvres non programmées et les cours en bourse des principales firmes technologiques et spatiales connaissent une hausse spectaculaire. Dans une boutique de souvenirs romaine, non loin de la frontière avec le Vatican, Alberto Rossi décide de réorganiser sa vitrine. Il remplace les effigies de La Vierge Marie et les crucifix par des statuettes de Giordano Bruno, accompagnées d’un petit panneau affichant les déclarations suivantes : « Il l’avait prédit ! Qu’il soit canonisé, et vite ! ».

19h22 UTC – Monde

Des manifestations pro-extraterrestres s’organisent spontanément dans la plupart des grandes villes de la planète. Une minorité d’entre-elles tourne en émeutes lorsque les forces de police tentent de disperser la foule, notamment en Chine, en Russie, en France et en Turquie. Des comportements survivalistes sont constatés aux États-Unis et en Europe de l’ouest, ainsi qu’une recrudescence des bris de vitrine et des vols de télévisions. Les grandes surfaces épuisent rapidement leur stock d’eau minéral, de sucre, de batteries, de café et de conserves. Les approvisionnements en pétrole et gaz des enseignes de grande distribution sont secrètement suspendus dans la totalité des pays pétro-dépendants. En direct sur le plateau de Georges Emerson dans les studios CNN de Los Angeles, Lisa Redridge est abattue de trois balles dans le thorax par un employé de la chaîne. Pour décrire l’agresseur, le terme « désaxé » est préféré à « fondamentaliste protestant » dans la plupart des pays anglo-saxon. Un témoin de l’interpellation de l’assassin racontera plus tard : « Son visage était rouge vif et il hurlait : ‘Christ, ils m’ont fait des expériences ! Ils m’ont tripoté, ils m’ont tripoté !’ ».

21h33 UTC – Pakistan

Une bombe H de quinze mégatonnes, lancée par une fusée Indienne de type Agni V, explose au-dessus d’Islamabad. On parle de cinq millions de morts. L’Inde nie toute responsabilité et déclare l’état d’urgence. Aucune enquête n’a pu déterminer par la suite les circonstances et les déclencheurs exacts de l’attaque.

22h57 UTC – Inde

Une douzaine de bombes H de vingt mégatonnes chacune, lancées depuis deux sous-marins Agosta 70 pakistanais, explosent au-dessus des principales agglomérations indiennes. Le nombre de victimes est incalculable. Début de la Première Guerre Thermonucléaire Asiatique.

23h59 UTC – Monde

Black-out d’internet. Les navigateurs affichent : une erreur est survenue.

 

Ce contenu a été publié dans Auteurs, Hermann. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *